Avec Matt Cutts en première ligne, l’équipe anti-spam de Google continue de faire le « ménage » en Europe en pénalisant les mauvais joueurs, ou du moins ceux ne respectant pas les fameuses Guidelines du moteur de recherche. Petit point sur la situation.

Google et des pénalités en Grèce

Après être intervenue dans plusieurs pays d’Europe, l’équipe de Matt Cutts s’est récemment concentrée sur la Grèce et aurait, là aussi, pénalisé un ou plusieurs site/réseaux de liens. Toutefois, l’action en Grèce semble moins importante que les précédentes : en effet, Matt Cutts a simplement suggéré dans un tweet que Google avait bel et bien agi en Grèce suite à des messages concernant de fortes chutes de positions dans les SERP. Au-delà de cette maigre information, le responsable anti-spam de la firme de Mountain View est resté bien discret, comme à son habitude.

Des sanctions précédentes plus explicites

Avant de s’attaquer à la Grèce, Google a déjà fait plusieurs escales en Europe afin de rappeler au plus grand nom qu’il est le Maître de Jeu et que ce sont ses règles qu’il faut suivre :
  •  En France, Google a pénalisé le site Buzzea, une plateforme d’achats de liens. En précisant que le site ne plaçait pas les liens vendus en nofollow, comme le demande Google, Matt Cutts et son équipe ont directement sanctionné le site qui a du jour au lendemain cessé son activité. Une action qui a également causé du tort aux sites qui y avaient placé des liens.
  • En Allemagne, Google a pénalisé une agence et ses clients pour un réseau de liens de mauvaise qualité. D’autres actions semblent également avoir été menées dans le pays, sans davantage de précisions.
  • En Pologne, deux réseaux de liens ont également été touchés par Google fin février, dans un tweet assez expéditif.
  • En Espagne et en Italie, deux réseaux d’achats de liens ont aussi été pénalisés. Il s’agit de la dernière action de l’équipe anti-spam de Google avant la Grèce, qui s’est donc bien faite comprendre : il est interdit d’acheter des liens (d’ailleurs, Matt Cutts expliquait récemment comment Google détectait des liens achetés) !

Pour ou contre l’action de Google ?

On s’en doute, la façon dont toutes ces pénalités ont été annoncées et le passage d’un pays à l’autre n’est pas innocent : la mise en scène est aussi l’occasion pour la firme de Mountain View de rappeler qu’elle veille au grain. Toutefois, si le discours est toujours le même (améliorer la qualité du web et proposer aux internautes des sites vraiment pertinents), cette action de Google ne semble pas faire l’unanimité. Pour certains, cela fait du bien de mettre les choses au clair, pour d’autres, la démarche est plus condamnable, dans sa forme comme dans son fond. Revient alors sur le devant de la scène la question de la visibilité des acteurs du web : comment peuvent faire des sites plus modestes pour exister et trouver des clients s’il n’est plus possible pour eux de faire des backlinks via les réseaux fermés pour gagner des positions ? A cela certains répondront que les Guidelines Google sont disponibles pour tous qu’il ne fallait pas jouer avec le feu ! Délicat sujet, mais en tout cas, Google ne semble pas se poser la question. Et vous, qu’en pensez-vous ?