Dans le milieu du référencement naturel, il existe des normes et des règles à ne pas outrepasser, afin d’éviter de se faire punir par Google. Et la firme de Mountain View n’appréciant guère les tricheurs, les sanctions peuvent être lourdes (être blacklisté, par exemple).

Les techniques abusives dans le contenu

Si Google aime rappeler les limites à ne pas dépasser dans la construction d’un référencement naturel, certaines pratiques abusives sont cependant toujours employées par certains référenceurs, au risque de se bruler les ailes. Ainsi, du point de vue du contenu, la première pratique indésirable est celle du cloaking, c’est-à-dire un contenu caché qui est uniquement destiné aux moteurs de recherche, tandis qu’un autre contenu est réservé aux internautes. Il est alors possible de créer un texte spécial pour les moteurs de recherche, avec des mots-clés en grande quantité, qui ne « s’active » que si l’user agent est un moteur de recherche. Autre technique dans le viseur de Google : le contenu automatique. Ce dernier désigne les textes générés par des programmes contenant des mots-clés pour les moteurs de recherche, mais ne voulant absolument rien dire ou ne possédant aucune cohérence avec le site. Si cette technique de contenu automatique ne respecte pas les règles de Google, elle est également très mauvaise pour l’utilisateur qui fait alors face à des informations non pertinentes et inintéressantes. Dans une période où le référencement naturel et la création de contenu doit se faire d’abord pour l’internaute, cette technique est d’autant plus déconseillée. Enfin, dernière méthode de SEO abusive sur le contenu, le keyword stuffing est à bannir pour éviter la sanction de Google. Cette technique consiste à insérer trop de mots-clés dans le contenu d’un page pour essayer d’améliorer le processus de référencement naturel. Or, l’effet d’une sur-utilisation des mots-clés risque d’avoir l’effet contraire.

Les mauvaises utilisations des liens

Parce que le SEO ne joue pas uniquement avec le contenu, les liens et leur déploiement sont également surveillés par Google pour éviter les fraudes. Première méthode à proscrire : la publication de liens sans cohérence, ou système de liens, qui consiste à insérer des liens sans pertinence entre eux et avec le contenu en général. Ensuite, il est déconseillé d’effectuer du spam dans les commentaires en multipliant les publications contenant uniquement des liens et des ancres optimisées. De même, les liens cachés dans les widgets et plugins sont également des fautes au regard des normes établies par Mountain View. Enfin, dernière technique sanctionnée, celle de la vente ou de l’achat de liens en dofollow permettant d’améliorer le PageRank d’un site. L’utilisation de cette méthode est passible de la désindexation du site l’ayant mise en place (rappelez-vous d’Interflora).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *