googlebot chromium 74

Mise à jour de Googlebot vers la version du moteur de rendu de Chromium 74

publié le 10 mai 2019

Dans une annonce du 7 mai 2019, Google a annoncé que son crawler Googlebot (robot d’exploration) vient de passer à Chromium rendering engine 74 et supporte maintenant des milliers de nouvelles features.

Googlebot et Chromium

Cela fait maintenant des années que Googlebot était resté à la version 41 de Chromium, ce qui posait des problématique pour l’exploration et l’interprétation de certains langages, notamment le JavaScript.

De ce fait, depuis mai 2019, le bot de Google semble donc capable de mieux comprendre les dernières versions de Chromium, donc de Chrome. Le nouveau « evergreen Googlebot » sera régulièrement mis à jour afin de pouvoir supporter les dernières versions de la plateforme web dès leur sortie.

Parmi les nouvelles fonctionnalités pouvant être supportées par la nouvelle version du Googlebot, on trouve notamment :

  • tout ce qui concerne ES6 et JavaScript ;
  • la prise en charge de l’élément « IntersectionObserver » pour le lazy-loading ;
  • les APIs Web Components v1.

Gooogle précise toutefois qu’il existe toujours certaines limitations qui seront abordées dans la série de vidéos « JavaScript SEO » ou au sein de la section « Fix Search-related JavaScript problems ». De plus, Google demande aux éditeurs de sites de vérifier que la version de Googlebot soit la même que celle visualisée par les internautes.

Chromium vs Chrome : quelle différence ?

Il faut savoir que le projet Chromium est antérieur à Google Chrome. En effet, Chrome OS utilise les bases du navigateur Chromium tout en y ajoutant de nouvelles fonctionnalités (intégration de Flash Player, mises à jour GoogleUpdate automatiques, prises en charge des codecs propriétaires MP3 et AAC, etc.).

Par contre, Chrome ne peut être installé que sur des machines construites par Google et ses partenaires tandis que Chromium est compatible avec Linux, Windows et Mac OS. D’ailleurs, il est intéressant d’observer que de nombreux navigateurs internet utilisent la technologie Chromium. C’est le cas, entre autres, d’Opera, de Yandex Browser ou encore de Microsoft Edge (à partir de 2019).

À noter : les fonctionnalités de pistages mises en place dans Chrome incitent quelques utilisateurs à préférer Chromium. Sans oublier que le code source de Chromium est accessible et modifiable librement.

Dans tous les cas, parce que la dernière version du Googlebot remonte à plusieurs années et que le web évolue à grande vitesse, avoir un robot visualisant les pages web comme en 2015 était problématique pour Google. C’est pourquoi cette mise à jour était importante, donc attendue.

Articles associés :