Outil de recherche présent sur la majorité des sites e-commerce, la navigation à facettes constitue une vraie problématique en termes de référencement. Pleine de potentiel, elle est pourtant souvent mal exploitée. Alors, comment mettre en place une navigation à facettes « SEO friendly » ?

Le constat : la navigation à facettes trop peu exploitée en SEO

Si une grande partie des sites e-commerce affichent une navigation à facettes, c’est qu’elle répond à une attente des utilisateurs. Selon une étude réalisée par l’institut de sondage US Zoomerang, 96% des internautes jugent les fonctionnalités de recherche très importantes. Et toujours selon cette étude, 73% des visiteurs d’un site e-commerce le quitteraient au bout de 2 minutes s’ils n’ont pas trouvé ce qu’ils étaient venus chercher.

navigation à facettes
Un exemple de navigation à facettes, où chaque filtre permet d’affiner la recherche d’un produit.

Pour aider l’internaute à trouver au plus vite ce qui l’intéresse, la navigation à facettes est donc particulièrement pertinente. Il est alors judicieux de vouloir dupliquer ses bienfaits : en plus d’être utile aux utilisateurs, pourquoi ne pas l’être aussi pour le référencement naturel ?

La navigation à facettes doit permettre de créer des pages par critère qui se positionneront sur des requêtes plus précises, plus longue traine (par exemple, « chemise + homme + lin »). Seulement voilà, transformer la navigation à facettes en levier SEO n’est pas forcément aisé.

Les freins à une utilisation SEO de la navigation à facettes

De base, sur les développements classiques ou les CMS, les filtres à facettes sont interdits de crawl et d’indexation à Google. Et ce pour plusieurs raisons :

  • La technologie utilisée par le module de navigation peut être mal interprétée par le moteur
  • Les filtres peuvent générer des URLs complexes, surtout quand les critères sont multiples
  • Le nombre de combinaisons possibles est trop élevé

Ces trois problèmes peuvent en effet être très pénalisants si la navigation à facettes est indexée par Google, car ils vont significativement alourdir le crawl. Les robots du moteur vont passer davantage de temps sur les filtres du fait de leur trop grand nombre et/ou de leur trop mauvaise « lisibilité ». Le risque est donc que Google s’enlise dans les filtres et ne crawle plus les autres pages du site. Inutile alors de préciser les impacts négatifs sur le référencement naturel.

L’utilisation de la navigation à facettes peut aussi être limitée par son propre intérêt. Si les pages que ses filtres permettent de créer concernent des mots-clés à trop faible volume, elle perd en utilité. C’est principalement le cas pour les filtres trop précis : « chemise + homme + lin + noir + taille xs » n’est pas un mot-clé intéressant sur lequel se positionner.

filtres a facettes
Des filtres trop nombreux peuvent complexifier le crawl ou le rendre inutile en termes de SEO

Comment optimiser sa navigation à facettes pour le SEO ?

Pour exploiter les filtres à facettes dans une stratégie de référencement naturel, il est impératif que leur optimisation soit parfaitement maitrisée. Sinon, les résultats peuvent être très néfastes. Il faut donc se poser les bonnes questions. Relativiser les bénéfices à en tirer par rapport au temps de développement nécessaire.

L’indexation des filtres permettra-t-elle de se positionner sur des mots-clés recherchés ?

C’est ce que nous évoquions plus haut : le crawl des filtres est utile si les pages générées permettent de travailler sur des mots-clés suffisamment recherchés. Autrement dit, est-il rentable en termes de trafic de demander à Google d’indexer des pages supplémentaires ? Il est donc nécessaire d’étudier les mots-clés issus des filtres pour s’assurer de leur potentiel, aussi bien au niveau de la recherche mensuelle que de la concurrence, à ne pas oublier.

un filtre a facette servant de mot cle
Un exemple de filtre dont le mot-clé « baskets montantes » est recherché 1000 fois/mois

Y a-t-il suffisamment de produits pour chaque filtre ?

Autre facteur important qui impactera la « force SEO » des pages : y a-t-il assez de produits proposés lors d’une recherche filtrée ? Critère utile à connaître, car sur une page de filtre à fort volume de recherche, le nombre d’articles présentés sera jugé par Google comme un critère de légitimité par rapport aux concurrents. Sans parler du fait que si la page se positionne malgré un faible nombre de produits, le taux de rebond risque d’être important, puisque les utilisateurs seront peu à trouver leur bonheur. Ce qui, in fine, nuira également au référencement. Une analyse des SERP en profondeur est ici judicieuse.

stock filtre a facette
Un exemple de filtre : « chemise à carreaux » sur lequel il est préférable d’avoir du choix (590 recherches/mois)

La navigation à facettes génère-t-elle des URLs « propres » ?

L’écriture des URLs est un point sensible quand vient la question du crawl des filtres par Google. En général, la navigation à facette produit des adresses à rallonge et ponctuées de signes incohérents. Incompréhensibles par les utilisateurs, ces URLs risquent aussi de ralentir les robots du moteur. On retrouve le frein technique évoqué plus tôt qui peut nuire au référencement à cause d’une indexation trop laborieuse. Il est donc important de pouvoir proposer des URLs propres lors d’une recherche par filtre avant d’autoriser le crawl.

urls navigation a facettes
Un exemple d’URLs complexe et « propre » pour un filtre de recherche

Le balisage des pages filtrées peut-il être unique ?

Pour l’optimisation SEO des pages de résultats de la navigation à facettes, il est primordial de pouvoir les doter au minimum de balises H1 et TITLE uniques. L’opération sera d’autant plus efficace s’il est possible d’ajouter un contenu optimisé. Cela permettra de leur donner plus de puissance SEO et de travailler tout un champ sémantique lié à l’expression principale symbolisée par le filtre.

balisage navigation a facettes
Un exemple de page filtrée avec une balise H1 unique

Est-il possible de débloquer le crawl uniquement pour un partie des filtres ?

C’est la suite logique des premières questions : si des filtres ne sont pas pertinents d’un point de vue SEO, est-il possible de ne pas les indexer ? Il est en effet fort probable que tous les critères proposés ne donnent pas une page intéressante pour le référencement (faible volume de recherche ou choix de produits limité). C’est par exemple le cas d’un filtre par prix : s’il peut être judicieux d’indexer le filtre « jupe + longue + noir », ça l’est déjà moins pour « jupe + noir + 28€ ». Une navigation à facette optimisée pour le SEO doit donc permettre le blocage de certains filtres.

Au regard des autres tâches SEO, la navigation à facettes est-elle prioritaire ?

Dans tout le travail d’optimisation SEO d’un site e-commerce, la navigation à facettes n’occupe pas le premier plan. Il faut d’abord se concentrer sur les pages de plus faible profondeur, plus génériques, plus « statiques ». Songer à l’exploitation de la navigation à facettes ne doit se faire qu’après réalisation des tâches SEO initiales. D’autant plus que si les pages principales du site ont une bonne puissance, elles pourront plus facilement favoriser le référencement de celles filtrées.

Est-il rentable de développer une navigation à facettes SEO friendly ?

Quand les filtres intéressants pour le référencement sont identifiés et qu’il est avéré que les différents points précédents peuvent être concrétisés, vient le moment de penser rentabilité. Si une navigation à facettes peut améliorer le SEO d’un site, elle doit être mise en place uniquement si elle apporte des gains. Parce qu’elle nécessite une certaine dose de développement, elle a bel et bien un coût qu’il faut s’assurer de rentabiliser. Cela passe donc par une estimation préalable des bénéfices : gain de trafic potentiel, en fonction des positions et du volume des mots-clés, à rapprocher du taux de conversion moyen du site. Il sera de cette façon possible de mesurer la rentabilité d’un tel projet.

Navigation à facettes & SEO : un pari gagnant ?

Oui, optimiser la navigation à facettes d’un site est une vraie plus-value pour son référencement. Elle permet une stratégie de longue traine pour un positionnement sur une multitude de mots-clés. Elle assure une hausse de trafic sur des requêtes au volume plus faible que des termes génériques, mais qui cumulées, représentent un nombre de nouveaux visiteurs conséquent. Ce trafic est aussi plus qualifié : positionné sur des requêtes plus précises, le site apportera une réponse plus directe aux utilisateurs, ce qui réduira le taux de rebond et améliorera par conséquent le référencement.

Attention cependant, l’optimisation SEO de la navigation à facettes ne doit pas souffrir d’approximation. Si elle est entreprise, elle doit être menée à bien sur tous les aspects, aussi bien techniques (écriture des URLs, balisage unique,…) que marketing (choix des produits). Sinon, les conséquences de l’indexation d’une navigation à facettes mal construite peuvent être catastrophiques pour le référencement du site dans son intégralité.