Voilà déjà plus d’un mois et demi que les Français sont confinés, avec des conséquences économiques et sociales mesurées au jour le jour. Sur le plan du référencement, qu’il soit naturel ou payant, le Coronavirus a aussi des incidences, en parallèle d’évolutions classiques des moteurs de recherche.

Les mesures de Google liées au confinement

En plus de leur impact physique sur les activités extérieures, rythmes de vie et interactions, les mesures de protection liées à la pandémie de Covid-19 ont aussi un poids sur le plan numérique.

Une balise meta au service du confinement

Le Coronavirus fait son entrée dans les données structurées de Google. Cette balise meta vise à faire apparaître une annonce liée au confinement ou au Covid-19. Cela peut concerner :

  • Les horaires d’ouverture modifiés ;
  • Les mesures sanitaires à respecter ;
  • La disponibilité de nouvelles installations médicales.

Il n’est pour le moment pas possible d’affirmer dans quels pays cette fonctionnalité est disponible.

Géolocalisation et respect du confinement

Avec les données envoyées automatiquement par les utilisateurs d’Android, Google a réalisé une étude sur le suivi ou non du confinement dans 131 pays. Ce rapport présente, pays par pays, un état des mobilités dans différentes catégories de lieux (commerces, parcs, lieux de travail et de résidence).

Pour la France, jusqu’à fin mars, il a été constaté une diminution de 56 % de la présence des personnes en entreprise, et entre 70 et 80 % de baisse de la présence dans les commerces :

  • Restaurants ;
  • Cafés ;
  • Centres commerciaux ;
  • Pharmacies.

L’impact du confinement sur les requêtes des internautes

Les grandes surfaces enregistrent bien logiquement une multiplication des livraisons à domicile les quelques jours avant le confinement et durant ces dernières semaines.

Les magasins de bricolage ont également bénéficié de l’augmentation des recherches liées au drive : les Français s’occupant par la réalisation de travaux à domicile. De nouveaux besoins ont émergé dans le moteur de recherche, plus précisément à travers trois domaines principaux :

  • Le sport à domicile (séances en ligne ou matériel à acheter) ;
  • Les activités à la maison (recettes et tutoriels) ;
  • La consommation de produits locaux en vente directe.

Les nouveautés des balises de Google et Bing

Les deux principaux moteurs de recherche Google et Bing adaptent leurs outils SEO pour une meilleure efficacité.

Bing et Google sur la même longueur d’onde

Bing rejoint Google en ce qui concerne la balise meta Robots. Cette uniformisation est bienvenue pour permettre à chaque site de travailler sa visibilité et son attractivité sur les deux moteurs de recherche les plus utilisés dans le monde.

La balise Robots aide chaque site à indiquer ce qu’il veut faire apparaître comme résumé (le snippet), dans la SERP, ou Search Engine Results Page. Les balises suivantes sont donc maintenant aussi prises en compte par Bing :

  • Pour indiquer le nombre maximum de caractères du résumé à afficher : max-snippet:[number] ;
  • Pour spécifier la taille de la vignette image : max-image-preview:[value] ;
  • Pour préciser la durée en secondes de l’aperçu vidéo : max-video-preview:[number].

Google réécrit vos meta descriptions

D’après une étude publiée sur le site Ahrefs, Google réécrit la balise meta description de 62 % des pages, c’est-à-dire pour la majorité des résultats. Le plus souvent, cette réécriture a lieu lorsque la requête demandée n’apparaît pas dans le contenu de la meta description. Ainsi, Google la remplace par un extrait de la page, qui contient les mots-clés recherchés.

D’autres données sont à noter, notamment que 1 site sur 4 positionné dans le Top 10 n’a pas de meta description. De plus, l’étude précise que 40,61 % des balises sont tronquées, tout en ajoutant ne pas avoir constaté de disparité entre les meta réécrites trop longues et celles réécrites respectant les limites de caractères.

Les actualités du SEA

Google Shopping s’ouvre aux vendeurs, alors que la question de la fermeture des centres français Amazon demeure, sachant que des restrictions de vente ont été imposées à l’entreprise de Jeff Bezos.

L’insertion gratuite des produits dans Google Shopping

Le comparateur de prix Google Shopping ouvre sa vitrine. Pour les commerçants, la vente sur ces résultats de recherche spécialisés dans le shopping devient donc gratuite. Une mesure qui leur donne accès au marché de plusieurs millions de personnes par jour utilisant Google pour leurs achats.

D’abord déployée aux États-Unis en avril, la mesure devrait toucher le monde entier d’ici la fin de l’année. Lire l’article dédié pour en savoir plus.

E-commerçants et fermeture des centres de distribution Amazon

Suite à la décision du tribunal judiciaire de Nanterre, Amazon doit respecter les instructions françaises de ne vendre que des produits qui relèvent des achats de première nécessité, tels que ceux du domaine de :

  • La santé ;
  • L’alimentation ;
  • L’hygiène.

Pas question cependant pour le géant du e-commerce de refuser les commandes, malgré la fermeture de ses entrepôts français du 15 avril au 15 mai. Amazon fait jouer son immense réseau d’entreprises indépendantes pour pouvoir distribuer ses produits, sans risquer les amendes de la justice française.